FICHE PEDAGOGIQUE DÉTAIL


Le casque Adrian, un emblême salvateur

Le 1er septembre 1915, alors qu'il se trouve dans le Bois Y, secteur du Palon, entre Senones et La Fontenelle (Vosges), Jean-Louis, dit "Loys", Roux, prêtre-brancardier du 133ème R.I. de Belley (Ain) touche le casque Adrian (photo).

Elément de l'uniforme bleu horizon adopté au début de l'année 1915 dans l'armée française en remplacement du képi et du pantalon rouge "garance" et de la capote bleu foncé, ce casque, qui va devenir l'emblème représentatif du soldat français de toutes armes (et de quelques nations étrangères : Russie, Belgique, Pologne, Tchécoslovaquie, Grèce, Yougoslavie, Serbie, Roumanie et Siam), va sauver bien des vies de soldats au cours de la Grande Guerre.

Photo 1 de la Le casque Adrian, un emblême salvateur
Loys Roux recevant son casque en septembre 1915 sur le front des Vosges

Photo 2 de la fiche Le casque Adrian, un emblême salvateur
Casque Adrian de Léon Marty
Un objet complexe


Issu d'une proposition de l'intendant militaire Louis Auguste Adrian, le casque éponyme est composé d'une bombe d'acier de 7/10èmes de millimètre d'épaisseur, 13 centimètres de profondeur et 20 de diamètre (il existe 3 tailles principales). Son conformateur (cimier) est en aluminium, sa coiffe (tissu intérieur) en peau de mouton et en drap, et sa jugulaire en peau de chèvre. On fabrique ce casque en emboutissant à froid un disque de tôle de 33 cm de diamètre puis on découpe à l'emporte-pièce le cimier, la visière, le couvre-nuque et on les rive les uns aux autres.



Le poids total de l'objet varie entre 670 et 750 grammes et son prix est de 5 à 6 francs (1914). Les peintures (différentes en fonctions des armes et des nations) son appliquées par pulvérisations à l'air comprimé. Selon les études des docteurs Roussy (Académie de médecine) et Veiss (Nancy), la proportion de blessures du crâne a baissé de 60 % dans les 6 premiers mois d'utilisation du casque dans l'armée française. Surnommé également "Bourguignotte", le casque, auquel est ajoutée une plaque commémorative nominative, sera après-guerre un signe de reconnaissance des soldats de la Grande Guerre. Une version légèrement modifiée du casque Adrian sera à nouveau utilisée en 1939-1945. Le casque Adrian présenté en photographie illustrative est celui de Léon Marty (voir mallette pédagogique de l'Abri Mémoire).


Fac-similés et documents visuels pour exploitation pédagogique (10 doc. maxi) :

Pas de photos supplémentaires...

Des documents pédagogiques pour faciliter l’acquisition des connaissances:

Pas de documents supplémentaires...